Anticonformisme 2.0 de l'univers de Shahine Héry

Mis à jour : 15 sept. 2018

Dès son plus jeune âge, elle voulait sauver les animaux et la planète. Puis en grandissant, elle exploita artistiquement cette vertueuse sensibilité. Découvrez Shahine Héry, jeune guadeloupéenne de 22 ans qui intrigue par ses oeuvres décalées riches en signification.


Des photographies, des vidéos traitant d'amour, relations humaines, de femmes. Un monde épuré qui met en lumière ce lien fort, qui unit notre conscient et subconscient, sous la forme de jolies métaphores imagées.




✢ Cliquez sur la flèche à droite pour découvrir les oeuvres

C - Quels sont tes principaux outils de création ?

S - Mes premiers outils ont été le toucher, toujours, la matière, me salir les doigts, le corps et puis ensuite le téléphone par son format, et le fait que c’est l’outil technologique que j’ai toujours eu sur moi. Avec une mauvaise application gratuite on peut faire un travail créatif et étonnant pour tous. Photoshop est venu bien après.

« J’écris depuis mon plus jeune âge des choses qui n’ont jamais été de mon âge »




C - D'où te viens cet attrait pour l'art ?

S - J’écris depuis mon plus jeune âge des choses qui n’ont jamais été de mon âge. Observer parfois, éveille et élève bien plus les consciences qu’un apprentissage abrutissant, mais il faut toujours apprendre, à sa façon. L’art visuel est venu après ; tu sais, comme vient l’expiration après l'inspiration. Je ne fais rien qui ne me vient pas naturellement, je ne sais pas faire autrement et mon œil sensible ne tend pas vers le superficiel.


Credit : Shahine Héry - @purehumantouch

C - Tu es souvent actrice de ton art, en te mettant en scène en devenant ton propre modèle. Tu es proche de tes modèles, et cela offre visuellement une jolie complicité et intimité.

S - L’acceptation des autres passe d’abord par l’acceptation de soi-même selon moi. Nombreux sont ceux qui parlent de dualité intérieure mais combien d’entre nous la prenne réellement en considération ? Ma vision se veut contemplative, abstraite et sensorielle. Premièrement, pour avoir une approche plus sincère et fidèle avec mes modèles, mais aussi, car parfois la mise en scène est nécessaire pour extérioriser certains sentiments que l’on ne peut pas faire dans son rôle, dans son personnage quotidien.

« J’ai eu une éducation multiculturelle, alors autant dire que mon identité m’est propre et personnelle. »



C - Quelles sont tes principales influences artistiques ?

S - Disons que Ousmane Saw, grand sculpteur africain a été l’un des premiers artistes à me faire me questionner sur la matière et les possibilités qu’elle offre. André Breton, Man Ray, Louis Bourgeois, Paul Éluard, Picasso, Niki de Saint-Phalle (...) et j’en passe. Je sais m’identifier à tous ces artistes, ces artisans de l’art en terme de sensibilité mais pas culturellement parlant. J’ai eu une éducation multiculturelle, alors autant dire que mon identité m’est propre et personnelle.



« Mes projets sont bien plus grands que moi et que ma personne »

Shahine a réalisé ses deux premières expositions au Canada, en Mai et Septembre 2018. Un premier pas marquant dans la vie d’un artiste. En attendant, elle est plutôt active sur Instagram, vous pourrez y découvrir ses oeuvres du moment, et sa folie de temps en temps, en Story.



Une artiste atypique pour le moment peu connue, mais c’est aussi ce qui nous a poussé à créer Caribeart. Nous voulons vous faire découvrir des artistes talentueux, peu importe leurs renommées.




Suivez Shahine sur ses réseaux sociaux >


Vous avez aimé cet article ? Faites-le nous savoir !


TAG :

#Caribeart #CaribbeanArtist #Caribbean #Caribe #Caraibes #Antilles #Guadeloupe #Photographe #Art #Artistes #Artist #Jeunesse #Shahine #Hery #ShahineHery #Original #Vidéo #Digital #Blog #Magazine #Mag #Webmag #Femme #Nouveau #New




© 2020 - Caribeart - Tous droits réservés - Site par Kimberley DEMAGNY